L’histoire de la forêt enneigée

Il était une fois une forêt enneigée. La forêt était si grande que personne n’en connaissait la fin. Ce n’est qu’au début que tout le monde le savait, parce que la forêt commençait sous une immense paroi rocheuse, si haute qu’elle atteignait le ciel et gardait presque toujours le soleil couvert, si large que personne n’avait jamais fait le tour pour voir ce qui était derrière elle. L’hiver dans cette forêt durait dix mois par an, pendant seulement deux mois, la couverture blanche cédait la place à l’herbe et aux fleurs. Les deux seuls mois où le soleil était si haut dans le ciel qu’il a pu surmonter la paroi rocheuse. Tous les insectes, les animaux et les gens ont profité de ces deux mois pour vivre le plus possible, pour s’aimer et pour faire la guerre. Puis, avec la première tempête, tout a gelé de nouveau, et chaque créature est retournée dans sa tanière, serrant les dents et espérant survivre au nouvel hiver.

La tanière des hommes, dans cette forêt enneigée, était un village sans nom et avec une seule route qui le traversait au milieu. Ce village était tout étroit sous la haute paroi rocheuse qui le protégeait et l’entourait sur trois côtés. Les histoires de l’époque racontaient que bien des années auparavant, les hommes vivaient dans une grotte creusée dans la paroi rocheuse, avec la forêt enneigée qui les suivait presque. Dans ces temps lointains, les hommes étaient peu nombreux et solitaires, ils n’avaient ni chiens, ni vaches, ni moutons avec eux. Seulement la peur des loups et des monstres de la forêt. Mais le froid a gardé tout le monde bon et aucune bête n’avait assez d’énergie pour attaquer ce groupe de bipèdes clairsemés. Au moins quatre ou cinq fois par an.

Au fil des années, la tanière des hommes se rétrécit pour qu’ils puissent continuer à y vivre. Leur nombre avait lentement augmenté et il était dangereux de pénétrer plus profondément dans les roches de la grotte. Encore plus que de s’aventurer dans les arbres de la forêt. Un sifflement froid étrange vint de ces profondeurs et les anciens parlèrent d’horribles créatures couvertes de tentacules qui habitaient les régions les plus sombres de la terre.

Les hommes ont donc décidé qu’il était temps de coloniser l’extérieur et ont commencé à abattre les arbres et à construire les premières maisons dans lesquelles s’abriter. Au fil des ans, une route est née et pour protéger le village naissant, une haute palissade de troncs de bois pointus a été érigée. Une petite porte en bois avec des renforts en fer noir était le seul accès au village. Enfin, une tour de guet a été construite d’où les jeunes les plus perspicaces pouvaient vérifier qu’aucun monstre ou bête féroce ne venait de la forêt pour attaquer le village et donner l’alerte s’ils voyaient quelque chose. À l’intérieur des murs de bois et sous la protection de l’immense paroi rocheuse, les humains ont grandi en nombre et en légendes et ce n’est que peu d’années plus tard qu’ils ont commencé à chasser dans la forêt, à élever des animaux domestiques et à cultiver des morceaux de terre lorsque la glace a fondu.

Seul le froid amer et malveillant de la grotte d’où ils étaient sortis rappelait aux sages combien leur tranquillité était précaire. Parmi toutes les familles qui vivaient dans le village, il y en avait une qui était estimée. On disait que le fondateur de cette famille était celui qui avait fait sortir des êtres humains de la grotte, celui qui avait abattu le premier arbre. C’est pourquoi, parmi tous les sages du concile, l’aîné de cette famille était toujours tenu en plus haute estime. Il a eu l’honneur d’être assis sur le banc à l’entrée de la grotte. Une position de grand prestige.

Le dernier chef de famille avait été le chasseur le plus fort et le plus rapide de sa génération et avait eu deux enfants jumeaux de sa femme, célèbre pour être l’un fort et l’autre aussi rapide que son père l’avait été autrefois. A cette époque, les jumeaux étaient rares et les deux frères étaient considérés comme un signe de grande importance pour le village. Les porteurs d’un grand changement. Quand elles sont devenues assez grandes pour pouvoir devenir des hommes à part entière, toutes les filles du village lui ont été amenées pour qu’elles puissent en choisir deux en mariage.

Toutes les décisions importantes ont été prises à l’entrée de la grotte qui était autrefois le repaire des êtres humains. Un grand feu est entré dans l’espace ouvert devant l’abîme sombre et sur une imposante chaise en bois incrustée de feuilles d’or et d’argent, le sage du village était assis et écoutait ce que les autres hommes avaient à dire sur les questions à l’étude. Ensuite, il disait que le sien et tout le monde s’en tiendrait à son idée. Ça avait toujours été comme ça. Les fils jumeaux du sage seraient les premiers à présider le trône ensemble et leurs épouses auraient l’importante tâche de porter le sang familial.

Mais ils ont choisi la même fille.

Elle avait les cheveux noirs et la peau sombre comme du bois durci sur les flammes. Ses yeux étaient clairs, couleur miel, et ses lèvres roses et charnues comme le cœur d’un chevreuil fraîchement coupé.
« C’est la femme qui va devenir ma femme, » dit le frère le plus rapide. « C’est la femme qui sera la mienne », répondit violemment son frère le plus fort. « Je ne veux être ni l’un ni l’autre », répondit la jeune fille. Mais personne ne l’a entendue parce que les deux frères se criaient dessus. Le reste des villageois n’osait rien dire. Personne n’avait jamais contesté la volonté des jumeaux, qui avaient toujours eu tout ce qu’ils voulaient.

Puis le vieux sage, père des deux, se leva. Une rafale de vent glacial sortit de la grotte et dans les jours qui suivirent, quelqu’un jura qu’il avait entendu un étrange grondement liquide venant des profondeurs des rochers. « Elle sera l’épouse des deux. Les enfants qu’elle engendrera auront deux pères et il n’y aura donc qu’un seul descendant pour cette famille.

Les deux frères se regardèrent et se serrèrent la main. Ils avaient toujours tout partagé, ils l’auraient partagée aussi. Pour tous les villageois, c’était un choix judicieux, aussi inhabituel soit-il. La fille pensait dire quelque chose, mais elle n’a pas eu le courage. Comme le veut la tradition, elle a été prise par les sœurs et les tantes du marié promis, en l’occurrence les époux promis, et elle était prête à se fiancer. Ils tissaient ses cheveux avec du tissu rouge et coloraient les pointes de chaque tresse de vermillon. Ils ont dessiné sur ses mains et ses pieds les signes habituels pour l’occasion et l’ont lavée dans chaque partie de son corps. Ils lui ont mis une longue robe de soie blanche et lui ont noué une légère chaîne dorée autour de la taille. Quand elle fut prête, on l’emmena sur la place devant la grotte où tout le village s’était rassemblé pour assister aux fiançailles.

Les jumeaux avaient été somptueusement habillés, comme c’était le cas pour deux garçons de leur rang et de leur importance. Ils avaient des bottes en cuir de daim et des pantalons étroits en tissu sur les cuisses avec de minces fils de soie et d’argent. Le coffre a été découvert et peint avec beaucoup d’habileté. Les cheveux avaient été attachés au sommet de la tête et arrêtés avec une épingle en argent. A côté de l’un des frères tenait un gros marteau de guerre, l’autre un long arc en ébène noir. Elle a été mise au milieu de ses futurs maris qui l’ont attrapée par la chaîne en or. Elle prêta le serment de fidélité et de dévotion aux deux frères qui l’avaient enseignée. Ils ont arraché la chaîne en or de sa vie et en ont mis la moitié dans chaque poche. Cela a été fait. Ils étaient fiancés.

Le père des jumeaux se leva et s’enveloppa dans le vent froid de la grotte et prononça ces paroles d’avertissement : « Maintenant ces trois jeunes hommes sont unis par un lien indissoluble. Mais des forces obscures se déplacent dans la forêt. Des forces qui vont essayer de prendre cette fille aux mains de mes enfants. Jusqu’à ce qu’elle conçoive mon premier neveu, personne ne pourra quitter le village, et la porte dans les murs de bois ne sera jamais ouverte.

La jeune fille a eu un frisson lorsqu’elle a senti les mains des deux frères qui lui tenaient les bras. Personne dans le village ne s’en est aperçu, les préparatifs avaient déjà commencé pour le long exil dans le village. Et la durée de l’emprisonnement pour tous dépendrait de la fertilité de la fille. Et la jeune fille ne voulait pas porter le fils des deux frères qui lui tenaient les bras jusqu’à ce qu’elle soit blessée.
La tradition de l’époque était que les époux promis passaient la première nuit séparément, pour préparer le corps et l’esprit à l’union qui suivrait la deuxième nuit. La jeune fille resta donc seule dans une maison ornée de bougies parfumées, de tapisseries colorées et de meubles luxueux sculptés dans des bois fins et des veines lisses. Mais ses pensées étaient troublées. Ils sont allés à une histoire qu’elle avait entendue plusieurs fois.

C’était à propos d’une méchante sorcière qui vivait dans les bois. Bien des années auparavant, cette sorcière avait été une fille du village qui, désobéissant aux lois et contre la volonté de tous, s’était aventurée profondément dans les grottes pour découvrir ce qui se cachait dans le ventre de la terre. Elle s’en était sortie après quelques jours et avait changé d’avis et de corps. Déformée et méchante, possédée par les mauvais esprits et avec un cœur pourri, elle avait été chassée du village. Personne n’avait voulu la tuer parce que tout le monde craignait qu’elle ne les maudisse.

La fille pensait que si cette sorcière possédait vraiment de grands pouvoirs, elle pourrait l’aider. C’est ce que la fille pensait, enfermée dans la maison luxueuse. Alors elle attendit que la nuit soit profonde et que la lune soit obscurcie par les nuages, puis elle glissa hors de la porte en bois incrustée et marcha furtivement et silencieusement dans les rues désertes du village jusqu’à atteindre les murs en bois. De la tour de guet, elle pouvait voir le soldat qui contrôlait la forêt. Il était impétueux et attentif, avec une armure chatoyante et une posture rigide. Il n’a jamais regardé à l’intérieur des murs. Il gardait les yeux fixés sur la forêt dangereuse. La fille a attendu. Puis un petit hibou s’est heurté avec force et le garde s’est retourné sur le côté. D’un autre côté, la jeune fille a rapidement grimpé par-dessus la palissade. Ils lui ont arraché ses vêtements et ses cheveux tressés, mais elle s’en fichait et s’est enfuie dans l’épaisse forêt.

La forêt était froide et sombre. L’hiver avait aussi gelé l’air. La fille avait l’impression de bouger dans la glace. Une glace si raréfiée qu’elle ressemblait à de l’air, mais toujours de la glace, angulaire et tranchante. Ses joues lui faisaient mal et si elle courait trop vite, elle sentait l’air percer sa peau. Les larmes gèlent entre ses cils noirs.

Autour d’elle, elle entendit le bruit des créatures en mouvement. Grandes créatures aux pattes griffées. Les ongles criaient sur les pierres gelées en s’approchant d’elle et la peau s’encombrait. La fille n’a pas osé faire demi-tour, elle a juste essayé de ne pas tomber sur un rocher submergé dans la neige, ou de finir dans un fossé. Elle ne savait pas où vivait la sorcière, elle espérait la trouver avant que les créatures ne la trouvent, avant qu’elles puissent l’atteindre. Puis la pensée des hommes du village qui la cherchaient l’a fait décider qu’il valait mieux être prise par les bêtes que par elles. Elle ne voulait pas y retourner. Elle n’a pas voulu le faire.

Quelque chose de dur lui a frappé la cheville et la fille est tombée par terre. Elle se retourna et vit qu’elle était tombée sur un gros rocher sombre. Elle a été horrifiée lorsqu’elle a réalisé que ce n’était pas un rocher sur lequel elle avait trébuché, mais la tête d’un loup. Gelé à mort, il était allongé sur le sol, presque complètement submergé dans la neige. Il avait glissé un pied dans sa bouche et, à l’automne, une de ses dents lui avait arraché la mâchoire et s’était enfoncée dans la peau de sa botte. Il l’a senti se presser sur ses os de cheville. Il criait de peur et de désespoir. Il a crié si fort que des cristaux gelés sur les branches des arbres sont tombés, se plantant dans la neige et dans le sol sombre. Tout devint silencieux et immobile. Puis le bruit des griffes qui grinçaient sur la glace et les rochers, qu’il avait jusque-là espéré n’avoir qu’imaginé, devint frénétique et de plus en plus proche. Elle semblait voir une énorme ombre sombre se déplacer derrière quelques arbres. Une autre ombre grise derrière un monticule. Une rafale de vent et la sensation de quelque chose de chaud et humide qui passe derrière elle. Une main l’a saisie par les cheveux et l’a tirée. Tout est devenu noir.

La fille s’est réveillée dans un lit, dans une pièce chaude éclairée par un grand feu au milieu. Les murs étaient couverts de fourrures, de plantes et de fleurs. Des meubles en bois ont été disposés près des murs. Un chat blanc, rouge et noir dormait d’un côté. De la fenêtre, on pouvait voir la forêt gelée. De ce lit près du feu, la forêt n’était même pas si effrayante. Il n’y avait qu’une seule porte fermée. Une vieille femme la regardait d’un air suspect depuis une chaise à côté du lit. « Que faisais-tu seul dans la forêt ? Tu ne sais pas que c’est plein de monstres ? « Je cherchais la sorcière de la forêt. J’ai besoin de votre aide. » La sorcière l’a observée pendant un moment, puis elle a ri. « Alors tu veux l’aide de la sorcière, hein ? Et pourquoi voudriez-vous mon aide ? ». « Parce que je ne veux pas être la femme des jumeaux, les enfants du vieux sage. » La sorcière se leva et regarda ses cheveux tissés de rouge. « Savez-vous pourquoi j’ai été viré du village ? » « Parce que tu es une méchante sorcière. Parce que tu as fait un pacte avec les monstres de la grotte. « Parce que j’ai enfreint les règles. » « Tu es entré dans la grotte interdite. Les monstres t’ont attrapé et… »
Les mots sont morts dans la bouche de la fille. Et elle ne savait même pas pourquoi. « La grotte était un moyen que j’utilisais pour me débarrasser d’eux tous. Maintenant, ils me craignent et je suis libre. Avec ces grands yeux, je vois le monde. Avec ces grandes mains je change les choses et avec cette grande bouche je dis à tout le monde ce que je pense ». « Mais tout le monde te déteste. » « C’est très bien pour moi. C’est ce que tu veux pour toi-même ? « Non. » La vieille femme se leva et lui passa une tasse de soupe. « Alors, il va falloir trouver autre chose pour toi, tu ne crois pas ? ».

Au village, la nouvelle de la disparition de la jeune fille a agité tout le monde. L’épouse promise des jumeaux avait disparu, probablement kidnappée, et les traces étaient perdues au milieu de la forêt enneigée. Les jumeaux ont pris un arc de chasse et un carquois plein de flèches, l’autre le gros marteau de guerre et une armure lourde. Ils saluèrent leur père et s’aventurèrent dans la forêt.
« Tu dois apprendre à penser plus vite que les autres. » « La vieille femme lui donnait une série d’enseignements qu’elle ne comprenait pas, « Tu ne peux pas me donner ton livre de magie ? ». « Ce n’est pas la question. Je vais vous donner mon livre, mais ce que vous devez comprendre est autre chose. « Mais j’ai besoin de pouvoir, ou les hommes feront de moi ce qu’ils veulent. » « J’avais le pouvoir et pourtant ils m’ont fait ce qu’ils voulaient. » « Mais tu es libre ! » « Je suis libre parce qu’ils ont décidé que je n’avais pas le droit d’être avec eux. Ma liberté est leur choix, pas le mien. Je viens de les obliger à le prendre. » « Alors que dois-je faire ? » »Pensez plus vite que les autres et trouvez comment changer les choses en votre faveur. »

Les jumeaux ont rencontré de nombreux monstres au cours de leur voyage. Ils ont été entraînés à se battre et ont été à peine blessés alors qu’ils abattaient avec férocité les créatures qui les attaquaient.
Puis ils ont vu la maison de la sorcière de la forêt et en se regardant, ils ont décidé de vérifier si leur fiancée n’avait pas été enlevée par la sorcière elle-même.

« Prends mon livre, mais souviens-toi de ce que je t’ai dit. » « Merci, vieille dame » remercia la fille avec un léger salut. « Maintenant tu dois y aller, tes mariés sont devant la fenêtre et l’un d’eux a pointé une flèche sur moi. Ne te retourne pas, fais semblant de ne pas t’embêter. » La jeune fille était morte de peur, mais la vieille dame s’approcha de son oreille et chuchota à propos de ses dernières recommandations. « Non, vieille dame ! On ne peut pas faire ça, ce n’est pas bien ! » »Tu te souviens de ce que je t’ai dit ? Raisonnez plus vite que les autres et faites en sorte que les choses se déroulent comme vous le souhaitez.

Après avoir prononcé cette phrase, une flèche tirée de l’arc de son frère le plus rapide a frappé la vieille dame entre les yeux, lui brisant le crâne et la laissant tomber par terre, pour siffler les dernières respirations dans une mare de sang dense. Le jumeau forcé a percé la porte de la maison avec un coup de marteau et a frappé la fille, il y avait un risque qu’elle ait été contaminée par la sorcière. Elle a fait ce que la vieille dame lui avait recommandé. Elle réfléchit aussi vite qu’elle le put et se jeta dans les bras du garçon. « Merci de m’avoir sauvé ! La sorcière m’avait kidnappé avec un sort ! ». « Maintenant tu n’as plus à t’inquiéter. Tout ira bien, nous sommes ici avec vous, répondit le jumeau rapide qui était passé par la fenêtre et serra aussi la fille. Elle embrassa ses promesses de fiancée et cacha le livre au fond de ses vêtements.

Ils sont retournés au village de Good Lena pour éviter d’autres attaques. Le chemin de neige était rouge de sang et les corps des monstres. Les écorces des arbres avaient éclaboussé et coulé, les flèches et les coups de marteau étaient partout. Lorsqu’ils arrivèrent au village, les deux garçons étaient rassemblés avec de grandes fêtes, un banquet fut organisé en leur honneur et tous leur rendirent hommage. Le lendemain, la jeune fille s’allongea avec les jumeaux et conçut leurs descendants.

Personne n’a vu ses yeux différents, personne n’a remarqué ses mains énormes. Pendant longtemps, personne ne s’est douté de rien. Mais la fille n’était plus la même. Et les choses ont changé. Le village a changé et après quelques années, plus rien n’était comme avant. La jeune fille a profité des conseils de la vieille femme et s’est assurée que les choses se passent comme elle le voulait. Et la façon dont elle le voulait était très différente de ce que les conseils des sages voulaient. Elle n’était pas complètement libre non plus, mais à sa mort, elle était certaine que la liberté s’était installée et que les choses ne reviendraient jamais comme elles étaient dans le passé.

Dans les années à venir, personne ne se souvient d’elle ou de son village. Aucun mémorial ne porte le nom de la fille. Mais le livre a été transmis au fil des ans. Et ce livre de grande magie a été transcrit de nombreuses fois. Même pas un seul sort n’en est sorti. On disait que son pouvoir magique était dispersé à cause des transcriptions et des nombreux yeux qui voyaient les pages. Pour essayer de découvrir les secrets de ce livre, beaucoup plus a été écrit. Certains auteurs ont essayé de découvrir sa source perdue de pouvoir, d’autres ont décidé que la vérité pouvait être recherchée par d’autres moyens, explorant de nouvelles voies et jamais battue. Très vite, le livre fut perdu et après quelques siècles, personne ne se souvint de son contenu. Certains historiens ont dit que le livre contenait les mots qui avaient engendré le monde, d’autres qu’il n’était rien de plus que le mémorial d’un vieil ermite fou sans nom. Pourtant, tout le monde était d’accord pour dire que le livre, s’il a jamais existé, a changé le monde. Et si ce n’est pas un sort puissant, alors la magie n’existe vraiment pas.