Dent blanches: Pierre-Louis, dentiste de Caussens nous explique cela en détail.

Les dents blanches et bien soignées sont une excellente carte de visite, capable de rendre non seulement le sourire plus agréable, mais aussi l’apparence générale d’une personne. Ce n’est donc pas un hasard si cette caractéristique est particulièrement recherchée, même si elle n’est pas toujours réaliste. Le résultat convoité d’avoir des dents blanches et brillantes, en fait, est étroitement lié aux caractéristiques que dame nature leur a données.

La couleur des dents : de quoi dépend-elle ?

La couleur des dents est une caractéristique génétiquement déterminée : chacun a la sienne, un peu comme la peau et les cheveux. Même pour les plus chanceux, le blanc pur n’est qu’un mirage. La dentine, en effet, contient des nuances grisâtres, rougeâtres et jaunâtres, qui brillent plus ou moins intensément de l’émail ci-dessus, en soi translucide.

Bien qu’il s’agisse d’un matériau particulièrement résistant et minéralisé, l’émail conserve une certaine porosité et peut donc être traversé par des substances et des particules capables de changer la couleur de la dentine et de l’émail lui-même. Parmi les principaux ennemis des dents blanches, on trouve la fumée de cigarette, les rince-bouche à la chlorhexidine, le vieillissement naturel et les pigments alimentaires, tels que ceux contenus dans le café, le thé, la réglisse, les épinards et le vin rouge, mais aussi dans les colorants artificiels ajoutés aux boissons ou autres produits alimentaires. Un cas particulier est l’accumulation de tétracyclines absorbées pendant la petite enfance avec des médicaments. Les chiens, soit dit en passant, ont généralement une couleur plus forte que les autres.

Une hygiène bucco-dentaire insuffisante favorise le dépôt de plaque dentaire et son développement ultérieur en tartre. La couleur jaunâtre de cette dernière et l’effet barrière de la plaque (qui s’oppose à la réflexion de la lumière, très importante pour améliorer le blanc naturel des dents) éteignent progressivement l’éclat du sourire, avec un changement inopportun de la couleur des dents. Les particules colorées des aliments, des boissons et de la fumée adhèrent beaucoup mieux et avec plus de ténacité à la plaque et au tartre matures qu’à l’émail. Le résultat final est que les dents apparaissent plus foncées, plus jaunes, de plus en plus opaques et moins brillantes.

Détartrage et blanchiment professionnel

Lorsque les dépôts de tartre défigurent la blancheur naturelle des dents, les manœuvres d’hygiène bucco-dentaire à domicile ne peuvent pas faire grand-chose pour résoudre la situation. En fait, en raison de l’extrême dureté de ce matériau, seul un détartrage professionnel peut l’enlever de la dent. Cela améliore non seulement son apparence, mais préserve également sa santé, en réduisant le risque de développer une gingivite gênante et d’autres formes de maladies parodontales ; dans de nombreux cas, cela élimine également une des principales causes de la mauvaise haleine.

Après le détartrage, il est possible d’effectuer un traitement de blanchiment de la dentisterie esthétique professionnelle ; des techniques légèrement différentes sont disponibles à cet effet, mais généralement des agents blanchissants avec un pourcentage élevé de principe actif sont utilisés (après protection gingivale pour réduire le risque d’hypersensibilité et l’irritation). La substance blanchissante est ensuite exposée à la lumière de lampes spéciales, qui déclenchent une série de réactions chimiques avec pour résultat final l’obtention de dents plus blanches. Les attentes esthétiques doivent cependant être réelles, sans jamais oublier le discours prononcé au début de l’article sur les teintes intrinsèques de la dent. La séance de blanchiment peut varier de 40 à 60 minutes et le coût, à titre indicatif, de 300 à 600 euros. Le même jour et le lendemain, le patient peut présenter une sensibilité dentaire transitoire.